mardi 9 janvier 2018

Curry vert thaïlandais de barbue de rivière

Lufa me fait découvrir énormément de produits que je n'aurais pas osé acheter de moi-même. Prenons par exemple ces morceaux entiers de barbue de rivière. Honnêtement, j'avais peur que ça goûte la vase, alors j'ai décidé de les cuisiner dans une sauce très goûteuse, au cas où. Eh bien surprise ! Ce poisson, bien qu'il sente le poisson de rivière quand on le sort de son emballage, a un goût fin et une texture bien ferme. Il me rappelle le mahi mahi. Bien sûr, j'aurais préféré des filets, mais on ne choisit pas ce qu'on reçoit dans les paniers anti-gaspillage de Lufa. Ce fut donc encore une belle découverte !

La barbue de rivière est un poisson de la famille des poissons chats originaire de l'Amérique du Nord. Populaire dans la cuisine cajun, on peut le pêcher au Québec... et chez Lufa !


4 portions

800g de barbue de rivière entière (ou 1lb de filets)
1 cuillère à soupe d'huile d'olive
1 petit oignon haché grossièrement
1 petite aubergine en gros cubes
1 poivron vert haché grossièrement
1 poivron rouge haché grossièrement
1/2 cuillère à thé de curcuma
2 cuillères à soupe de pâte de cari vert thaïlandais
1 boîte de lait de coco (400ml)
1/2 tasse de bouillon de poisson (ou de légumes)
1 cuillère à soupe de sauce de poisson

Retirer la peau de la barbue si nécessaire. Réserver.

Dans une poêle, faire revenir dans l'huile l'oignon, l'aubergine et les poivrons pendant plusieurs minutes, jusqu'à ce que l'aubergine commence à ramollir. Ajouter le curcuma et bien mélanger. Ajouter la pâte de cari et mélanger. Incorporer le lait de coco un peu à la fois, en brassant entre chaque ajout. Terminer avec le bouillon.

Placer les morceaux de barbue dans un plat en pyrex et verser le mélange de légumes autour des morceaux. Cuire au four à 375°F pendant 30 minutes.

Servir avec du riz.

dimanche 7 janvier 2018

Au banc d'essai : Marché Goodfood

Lors d'une commande de David's Tea durant le temps des fêtes, j'ai eu une carte cadeau de 50$ chez Marché Goodfood. C'était suffisant pour me convaincre d'essayer ! J'en avais déjà entendu parler dans le passé et je trouvais que c'était une bonne idée d'entreprise. Sans la carte cadeau, je ne l'aurais probablement jamais essayé.

Le principe est simple : on vous propose une série de recettes chaque semaine (j'ai choisi l'option Classique, alors j'ai 7 choix de recettes chaque semaine, dont 3 végétariennes et les 4 autres avec des viandes différentes) et vous pouvez choisir 3 ou 4 recettes par semaine, pour 2 ou 4 portions par recette. Il y a aussi l'option familiale, que je n'ai pas explorée puisque j'habite seule. Ils ont peut-être la possibilité d'avoir plus de 4 portions pour les grandes familles.  Les recettes familiales ne sont pas les mêmes que les recettes classiques. Elle sont plus... grand public ? Vous pouvez sauter autant de semaines que vous le désirez ou vous désabonner à tout moment, donc pas d'obligation d'achat après votre première commande.


La livraison se fait à la maison (ils livrent même chez moi au fin fond du bois !) ou au travail dans des boîtes-glacières vraiment chouettes. Ils ont laissé ma boîte sur le pas de ma porte et tout était en parfait état. Il faisait -7°C chez moi ce soir. Il faudrait tester à -25°C et à 35°C pour voir comment se comporte la glacière ! Chaque recette est emballée dans un grand sac qui contient des plus petits sacs et pots, adaptés au contenu de chacun (sacs troués pour la laitue et les fines herbes, par exemple). Les emballages sont recyclables ou réutilisables, au choix. La viande est tout au fond de la boîte, sur des icepacks eux aussi entièrement recyclables ou réutilisables. Bref, j'ai été agréablement surprise par l'emballage. J'oubliais de mentionner : la fraîcheur des produits est irréprochable !

Mes trois recettes cette semaine étaient les suivantes : Pains plats grillés à la ricotta fouettée ; Morue avec sauce Romesco maison ; Salade thaï au poulet, chou rouge, edamames et poire asiatique. Ce qui est bien, c'est qu'avant la commande, on a accès aux détails de chacune des recettes avec la liste d'ingrédients, la marche à suivre et les valeurs nutritionnelles de chacun des plat, ce qui permet de bien orienter notre choix lors de la commande. On ne se retrouve donc jamais avec une recette pour laquelle on n'a pas d'intérêt.

Première recette : les pains plats. Premièrement, je trippe en déballant mes ingrédients. My god que c'est le fun, tout est emballé en portion parfaite ! Pas besoin de rien mesurer. Il reste juste à couper, mélanger et cuire. J'adore ! Première déception : le fromage à la crème semble être du Philadelphia. Goodfood se vante de la qualité de ses produits et de ses partenariats avec les producteurs québécois. Je m'attendais à du fromage à la crème Liberté, qui est à mes yeux 100 fois meilleur et un produit beaucoup plus québécois. Pas grave. Deuxième déception : les tomates sont réfrigérées. ARGH !!!! Mais bon, pas le choix, la boîte au complet est réfrigérée. Troisième déception : les petits pots de produits préparés n'ont pas de fiche nutritionnelle (pesto, artichauts marinés, fromages, etc.), ce qui pourrait causer problème au niveau allergies notamment (le pesto contient-il des noix, du fromage ou de l'huile d'arachide ? Surprise !!!). Mais bon, pour moi ce n'est pas un problème. Par contre, je remarque que la roquette est superbe, pas une seule feuille fripée. Et je suis fan de roquette, donc ils marquent des points ici ! Pareil pour le basilic qui est en très bon état. Notez que les ingrédients de base (huile, beurre, sel et poivre) ne sont pas inclus. Je crois tout de même que la majorité des gens ont ces ingrédients à la maison.

Je me lance donc dans la recette. C'est quasiment trop facile ! Ils suggéraient un temps de préparation de 30 minutes mais ça m'en a pris 20 gros maximum. Petit problème avec cette recette toute simple : ils l'estiment à 993 calories par portion ?! Si vous n'avez aucune connaissance en nutrition ça ne vous sonnera pas de cloche, mais sinon vous allez vous rendre compte que c'est environ la moitié de ce que vous êtes supposés manger dans une journée, et on parle de simples pains plats avec fromage et tomates ici ! Bref j'ai fait des modifications (pas mis d'huile ni de beurre) et je les ai ramené autour de 650 calories, ce qui est très acceptable. J'ai rencontré un petit problème : la quantité de liquide à ajouter au mélange de fromage était beaucoup trop grande. J'ai utilisé 1 cuillère à soupe de lait au lieu de 2 cuillères à soupe d'huile et c'était totalement liquide. Bref, je n'aurais pas dû en mettre du tout, ça aurait été parfait ! Sinon, la recette était très bonne, simple et rafraîchissante. J'ai même eu un surplus de roquette que j'ai pu utiliser en accompagnement de la recette de morue.

Deuxième recette : la morue. Tout aussi simple à réaliser ! J'ai triché un peu en passant la sauce au mini robot culinaire pour avoir une belle texture et en cuisant les patates à la poêle au lieu d'au four, mais c'était sincèrement délicieux. Et il est resté assez de sauce pour faire un plat de pâtes en lunch le lendemain. Par contre, j'ai oublié mes noisettes lorsque je les ai fait griller et je les ai fait brûler... Heureusement que j'en avais d'autres à la maison, sinon il aurait manqué un ingrédient important dans ma sauce ! Si vous comptez uniquement sur les ingrédients de Goodfood pour réaliser votre recette, ne faites pas comme moi et soyez attentifs à ce que vous faites !


Troisième recette : salade thaï au poulet. Celle-ci a demandé plus de préparation de prévu. Ce qui est chouette : le chou rouge est déjà râpé, cool ! Par contre, la cuisson du poulet est beaucoup plus longue que ce qu'ils disent. En effet, si on veut cuire une poitrine entière correctement, il faut le faire à feu moyen car à feu plus vif, on va brûler l'extérieur sans faire cuire l'intérieur. Mes deux poitrines étaient de taille différentes (disons 125g et 175g). Celle de 125g a cuit en 15 minutes environ, mais celle de 175g a demandé plus de 30 minutes pour atteindre 74°C dans la partie la plus épaisse. Il aurait fallu l'ouvrir en escalopes pour faciliter la cuisson. Sinon, j'ai légèrement modifié la recette de vinaigrette (pas mis l'huile, pas nécessaire, ni le zeste de lime, je trouve ça amer). J'ai utilisé seulement la moitié de la poire asiatique (elle était plus grosse qu'un pamplemousse !!!) et j'ai obtenu un bon 3 portions au lieu de 2 portions. La salade était délicieuse et super colorée !

Bien que le prix des repas soit annoncé à moins de 10$ par portion, dans les faits ça me coûte 65$ pour 6 portions. Disons 11$/portion. À 65$ par semaine, pour 52 semaines, divisé sur 12 mois ça me fait 282$ par mois uniquement pour 6 soupers par semaine. C'est plus de 90% de mon budget d'épicerie actuel, et il me reste 7 lunchs, 7 déjeuners, 1 souper, des collations, des breuvages, etc. à acheter chaque semaine. Pour moi, ce n'est donc pas une option viable sur une base régulière. Si vous mangez la majorité du temps au restaurant et que vous souhaitez cuisiner plus par contre, ou que vous êtes du genre à gaspiller de grandes quantités de nourriture, c'est possiblement une alternative qui vous fera économiser de l'argent et manger mieux !

Si je calcule le coût des ingrédients pour chacune des recettes, j'obtiens :

Pain plat à la ricotta : 7.70$ par portion
Morue sauce romesco : 7.60$ par portion
Salade thaï au poulet : 6.20$ par portion

Coût total si acheté en épicerie : 43$. À 65$, je paie environ 35% plus cher que si j'avais acheté les ingrédients à l'épicerie, mais dans les faits, ça m'aurait coûté plus que 43$ car j'aurais dû acheter des pots de plein de condiments, si je ne les avais pas déjà eu à la maison. Avec une cuisine bien équipée, ça revient donc quand même plus cher d'acheter chez Goodfood.

Un commentaire qui revient souvent par rapport à Goodfood : c'est beaucoup d'emballage ! À ceci je répondrais : oui mais. Certaines choses auraient été emballées de la même façon si vous les aviez achetées à l'épicerie (la viande par exemple). D'autres auraient été PLUS emballées si vous les aviez achetées vous-même à l'épicerie (par exemple, les légumes sont mis en vrac dans vos sac-recette, alors que vous auriez mis les carottes dans un sac, les patates dans un autre sac, etc.). D'autres trucs sont clairement suremballés (par exemple les cups de beurre d'arachide, les sachets de noix, etc.). Par contre, les liquides sont dans des petits pots de plastique réutilisables que vous aurez effectivement envie de réutiliser (mais ça serait vraiment super si Goodfood mettait sur pied un système de récupération de ces pots pour les réutiliser eux-mêmes). Le reste des emballages (sacs et plastique rigide) est recyclable ou réutilisable. Donc OUI c'est plus d'emballage mais ça ne se ramasse pas nécessairement tout à la poubelle non plus.

EN RÉSUMÉ

Points négatifs :
- Cher comparé à une épicerie régulière, il faut vraiment avoir le budget
- TOUT est réfrigéré (même les tomates, argh !) mais pas le choix
- On n'a pas la liste d'ingrédients ni les valeurs nutritionnelles des produits préparés (pesto, artichauts marinés, etc.), donc non recommandé pour les allergies sévères ou les maniaques des tableaux nutritionnels
- Certaines recettes sont extrêmement caloriques (1000 calories la portion !?) mais on peut facilement les ramener à un niveau plus normal en coupant dans l'huile et le beurre superflus
- Beaucoup d'emballage

Points positifs :
- Permet d'essayer des nouvelles recettes et des nouveaux produits
- Pas de gaspillage
- Super facile à réaliser
- Expérience très agréable
- Diminue le temps de préparation des recettes
- Fraîcheur impeccable des ingrédients
- Livraison incluse
- Emballages en grande partie recyclable/réutilisable
- Portions généreuses
- Ils donnent un aimant à frigo pour garder les recettes à portée de main, awww !

Est-ce que j'ai aimé ? OUI !

Est-ce que je le recommande ? OUI, si vous avez le budget.

Est-ce que je vais commander à nouveau ? OUI mais pas plus qu'une fois par mois si je veux entrer dans mon budget.

vendredi 5 janvier 2018

Sorbet poire, épices et miel

Pour Noël, on m'a demandé de faire un trou normand (tsé comme si on mangeait déjà pas assez au souper de Noël !! hihihi !). Comme je mettais beaucoup de temps dans mon dessert, je voulais faire un sorbet rapide mais tout de même délicieux et surtout, léger au goût. J'ai tout de suite pensé aux poires. J'ai cherché sur le web une recette avec des poires en boîte (parce que je dois avouer les préférer aux poires fraîches, pour une multitude de raisons) et c'est finalement dans mon livre 125 Best Ice Cream Recipes que j'ai trouvé ! J'ai modifié légèrement la recette et ça m'a donné ce sorbet, tout à fait sublime et délicat.

1 litre

1 boîte de poires en demies dans le sirop (798ml)
170g de miel (1/2 tasse)
1/2 tasse d'eau
1 cuillère à soupe de jus de citron
1/2 cuillère à thé d'épices pour tarte à la citrouille
1 gousse de vanille fendue

Préparer le sirop de miel. Porter à ébullition le miel et l'eau. Laisser mijoter 2-3 minutes. Retirer du feu.

Au blender, mélanger les poires avec leur sirop, les épices, le caviar de vanille et le sirop de miel. Verser dans un plat et ajouter la gousse de vanille. Réfrigérer au moins 4 heures, ou toute une nuit.

Retirer la gousse de vanille et faire prendre en sorbetière. Placer au congélateur quelques heures pour faire prendre. Au besoin, laisser reposer à température pièce 15 minutes avant de servir.

On peut le servir tel quel ou l'arroser de cidre de glace ou d'hydromel de glace (oui ça existe !).

mercredi 3 janvier 2018

Top 10 2017 + vos recettes préférées

Encore une année qui vient de se terminer ! C'est le moment de faire un petit récapitulatif. Qu'est-ce qu'on retient de 2017 ? (Ok on va parler cuisine et éviter le sujet de la politique américaine mettons...) De mon côté, ce qui a marqué mon année est la découverte des Fermes Lufa. Je commande de leurs produits presque à toutes les semaines (sauf quand je suis à l'extérieur ou non disponible pour aller chercher ma livraison). J'ai découvert un paquet de beaux produits grâce à eux. Vraiment, je vous recommande chaudement d'acheter chez Lufa si vous désirez acheter local et encourager les producteurs de chez nous (il n'y a pas QUE du local chez Lufa, car on ne produit pas de bananes ni d'oranges au Québec, mais ça reste la majorité de leur offre).

Niveau bouffe, je n'ai pas faire de découverte hallucinante, mais j'ai fait quelques recettes mémorables en 2017. Je vous présente donc mes 10 préférées, suivies des recettes que vous avez le plus consulté dans l'année.

Mon top 10, pêle-mêle :

1. Pho Bo - soupe tonkinoise au boeuf



Enfin, une VRAIE recette de bouillon vietnamien ! J'ai maintenant en permanence un certain nombre de bouillon asiatique au congélateur, soit le bouillon ramen du Momofuku, le bouillon pour souper Pho au poulet, le bouillon pour soupe Pho au boeuf et une base de soupe miso, sans compter que je fais régulièrement durant l'année du bouillon de poulet et du bouillon de boeuf de base. Mais ce bouillon de boeuf vietnamien est de loin mon favori !

2. Scaccia (pain-lasagne)



À mi-chemin entre le pain, la pizza et la lasagne, cette boulangerie italienne est tout simplement délicieuse ! C'est un genre de brioche salée garnie de sauce tomate et fromage. Vraiment une belle révélation.

3. Poulet sagwala (poulet indien aux épinards)



Un beau classique indien, très réussi. J'ai toujours été fan de ce plat, mais cette version est pareille comme au resto !

4. Marmelade de pamplemousse rose à l'anis étoilé et au Campari



Si vous aimez la saveur intense de pamplemousse, je vous recommande fortement de faire cette recette ! On est en pleine saison des agrumes, ça tombe bien. Cette fois-là, Lufa m'avait envoyé une cargaison de pamplemousses. J'ai bien dû faire 3-4 recettes avec ceux-ci au total.

5. Fauxmage (fromage végétalien aux amandes)



Pas besoin d'être végan pour apprécier cette recette ! La saveur et la texture sont étonnantes et ça fait une super tartinade pour les sandwiches ou une belle base de trempette pour les légumes.

6. Horchata



Ok ok, je suis une folle finie de horchata. C'est la base de mon alimentation quand je vais en vacances dans le sud-ouest américain (ça et les tacos carnitas !). J'étais tellement trop contente de trouver une recette qui donnait exactement le même produit que ce que je consomme là-bas ! Il y a tellement de recettes (plutôt moyennes) sur le web, mais celle-ci est de loin la meilleure.

7. Gozlemes turcs à l'agneau



N'importe quoi qui ressemble à une pizza pochette maison, c'est toujours bon. Mais avec de l'agneau et des herbes, c'est une coche au-dessus. Clairement un des meilleurs plats que j'ai fait à vie !

8. Agua fresca au concombre



À la base, j'ai fait cette recette pour  passer un surplus de concombres, mais finalement j'en ai refait à plusieurs reprises cette année parce que c'est juste trop bon. Un drink d'été parfait pour petits et grands (avec du gin pour les grands, tsé...).

9. Gaspacho aux fraises



Une superbe variante fruitée de la gaspacho habituelle, avec nos belles fraises du Québec. Vraiment délicieux et super rafraîchissant en été !

10. Gâteau tres leches



J'ai fait ce gâteau chez des amis la première fois cet été. Un de mes amis est pâtissier (chez Marius et Fanny, si vous connaissez. C'est lui notamment qui fait les cannelés !) et il a cassé les oreilles de sa blonde pendant des semaines avec mon gâteau, comme quoi c'était le meilleur gâteau qu'il avait mangé. Comme sa fête approchait, j'ai refait le fameux gâteau quelques semaines plus tard. Je vous jure qu'à chaque fois, c'est une énorme réussite. Si vous cherchez un bon crowd pleaser, c'est à essayer !

Et maintenant les recettes que vous avez le plus consultées en 2017, en ordre de préférence !

1. Patates Dhansak

De loin la recette la plus consultée cette année et avec raison. C'est un grand classique de la cuisine indienne

2. Casserole mexicaine

Bonne deuxième, cette recette a un côté familial intéressant. J'y présente aussi une recette de sauce rouge à enchilada, si vous souhaitez la faire vous-mêmes au lieu de l'acheter.

3. Scaccia



Bon choix, c'est aussi dans mon top 10 ;)

4. Gâteau Moana



Parce que les gâteau de fête pour enfants, c'est toujours populaire !

5. Salade Sabih



Je ne suis pas étonnée de retrouver une recette d'Ottolenghi parmi les recettes les plus consultées.

6. Kimchi maison



Le kimchi gagne lentement en popularité au Québec. C'est tellement facile à faire, je vous comprends de venir la consulter !

7. Tomates marinées



Une belle recette ensoleillée qui a été populaire en fin d'été quand le jardin croule sous les tomates. Hyper facile à faire et franchement délicieuse !

lundi 1 janvier 2018

Entremets banane, caramel et chocolat et BONNE ANNÉE !

Je suis obsédée par les entremets. Je trouve ça fascinant, impressionnant et tellement varié ! Il y a longtemps que je voulais en réaliser un mais cela demande un bon deux jours de travail (car il y a plusieurs étapes de congélation). Pourtant, ça n'a rien de sorcier. Je dirais même que c'est très facile à faire ! Je me suis inspirée de plusieurs recettes sur le web, notamment de celle-ci pour l'insertion, de celle-ci pour la mousse au chocolat et de celle-ci pour le miroir au caramel.

J'en profite pour vous souhaiter à tous une excellente année 2018 ! Mon blog a aujourd'hui 11 ans. Il entame donc sa 12e année. Bien que le rythme de publication ait ralenti depuis 2-3 ans, je continuerai certainement à l'alimenter !


12-16 portions

Gâteau éponge à la banane :

30g de sucre
130g de banane tranchées
10ml de rhum brun
100g de cassonade
40g de miel
125g de beurre demi-sel mou
125g d'oeuf (2 oeufs + 1 blanc)
135g de farine
6g de poudre à pâte
Une pincée de sel
100g de bananes hachées

Compote de bananes :

150g de bananes hachées
50g de cassonade
50g de beurre
150g de dulce de leche

Mousse au chocolat au lait :

255g de chocolat au lait
3 cuillères à soupe de beurre
270ml de crème 35% à fouetter
3 oeufs, séparés
4 1/2 cuillères à soupe de sucre

Miroir au caramel :

200g de sucre
100g d'eau
1/2 cuillère à thé de sel
200g de crème 35%
20g de fécule de maïs
1 sachet de gélatine neutre (8g)


Préparer le gâteau éponge. Caraméliser le sucre avec un peu d'eau. Lorsque le sucre est brun doré, ajouter les bananes tranchées et brasser 1 minute. Ajouter le rhum et brasser 1 minute. Réserver.

Dans le bol du batteur sur socle, crémer le beurre avec la cassonade et le miel. Ajouter les oeufs et bien incorporer. Incorporer les bananes caramélisées.

Dans un petit bol, tamiser la farine avec la poudre à pâte et le sel. Ajouter au mélange humide en deux fois, en brassant bien entre les ajouts.

Verser le mélange dans un moule rond à fond amovible de 8 ou 9 pouces beurré et chemisé d'un parchemin. Cuire au four à 350°F pendant 45-50 minutes ou jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

Refroidir quelques minutes avant de démouler et de refroidir complètement sur une grille.

Lorsque le gâteau est complètement refroidi, le couper en deux sur l'épaisseur. La partie du bas sera la base du gâteau. Réserver. La partie du haut sera la base de l'insertion. Retirer le dessus de cette partie de manière à l'égaliser puis couper un cercle de 6 pouces à l'emporte-pièce (j'ai utilisé un bol à mélanger à bords droits) ou à main levée. Réserver.

Préparer la compote de bananes. Mélanger les bananes, le beurre et la cassonade. Chauffer à feu moyen en brassant régulièrement, jusqu'à ce que le mélange épaississe et que les bananes commencent à compoter.

Étaler la compote de bananes sur le gâteau de 6 pouces et congeler quelques heures. Ce sera l'insertion.

Lorsque l'insertion est congelée, étaler le dulce de leche sur la compote (attention à ce que celui-ci soit épais - j'ai acheté du Dulce de Leche Eagle Brand et il ne l'était pas assez). Congeler quelques heures.

Préparer la mousse au chocolat. Dans un grand bol, fondre le chocolat au micro-ondes par coups de 1 minute, puis de 30 secondes. Lorsque le chocolat est bien chaud, ajouter le beurre et mélanger pour faire fondre. Remettre au micro-ondes 20 secondes au besoin. Incorporer 3 cuillères à soupe de crème. Tiédir. Lorsque le mélange de chocolat est tiède, incorporer les jaunes d'oeufs avec un fouet. Réserver.

Monter les blancs d'oeufs en neige avec le sucre jusqu'à l'obtention de pics fermes. Réserver.

Fouetter la crème restante jusqu'à l'obtention de pics semi-fermes. Réserver.

À la spatule, plier les blancs d'oeufs dans le mélange de chocolat. Lorsque le mélange est homogène, plier la crème fouettée dans le mélange avec la spatule jusqu'à homogénéité. Réserver.

Assembler le gâteau. Placer le fond de gâteau sur le plateau du moule amovible. Chemiser le pourtour du moule avec un ciré ou un parchemin. Verser la moitié de la mousse au chocolat dans le moule et bien étaler. Placer l'insertion congelée au centre de la mousse puis verser le reste de la mousse dans le moule et bien lisser le dessus. Congeler toute une nuit.

Préparer le miroir. Assurez-vous d'avoir tous les ingrédients prêts d'avance car ça va vitre. Délayer la fécule de maïs dans un peu d'eau. Faire gonfler la gélatine dans un peu d'eau. Mettre la crème à chauffer doucement dans un petit chaudron. Ayez l'eau et le sel prémesurés à portée de main.

Dans un grand chaudron, placer le sucre et arroser légèrement avec un peu d'eau. Chauffer sans mélanger jusqu'à ce que le mélange soit d'une belle couleur ambrée. Lorsque la couleur désirée est atteinte, ajouter le 100g d'eau en 2-3 fois (attention ça éclabousse) et le sel et mélanger. Incorporer la fécule délayée et mélanger. Lorsque le mélange revient à ébullition, ajouter la crème et mélanger. Chauffer la gélatine 10 secondes au micro-ondes et incorporer. Retirer du feu et laisser refroidir à 29°C.

Sortir l'entremets du congélateur et le placer sur une grille, elle-même placée sur une plaque (très important : le miroir doit pouvoir s'écouler). Verser le miroir de manière à couvrir tout le dessus de l'entremets et les côtés. Au besoin, faire pivoter la plaque de gauche à droite et d'avant en arrière pour s'assurer de bien répartir le miroir sur l'entremets. Lorsque le miroir a terminé de s'égoutter, transférer l'entremets dans l'assiette de présentation et décorer au goût. Ne pas laisser l'entremets sur la grille lorsque l'égouttage est terminé.

Conserver au frais jusqu'au moment de servir, mais considérer un délai pour la décongélation de l'entremets.

samedi 30 décembre 2017

Bortsch

Quand Lufa te donne vraiment trop de betteraves, il faut trouver un moyen de les passer ! Le bortsch est un grand classique de l'Europe de l'Est. J'en ai déjà cuisiné dans le passé mais il ne s'était pas rendu sur mon blog (c'était peut-être dans mon époque pré-blog). Reste que le  bortsch est facile à préparer, économique et très goûteux, particulièrement lorsqu'on omet aucun ingrédient de la liste ci-dessous. La soupe en soi a un goût fort de betterave (c'est quand même assez terreux, on s'entend) qui est parfaitement contrebalancé par le crémeux de la crème sûre, la fraîcheur de l'aneth et le fumé de la saucisse (des cubes de jambon fumé feraient aussi l'affaire, en autant que c'est fumé !). Pour tout vous dire, j'en ai mangé pour souper tous les soirs pendant une semaine sans me tanner. Faut que ça soit vraiment très bon !


8 portions

1 petit oignon haché finement
1 gousse d'ail écrasée
2 carottes pelées, râpées
3 betteraves pelées, râpées
2-3 patates pelées, en dés
1/2 petit chou rouge, râpé
1 cuillère à soupe d'huile de canola
2 feuilles de laurier
6 grains de poivre noir
Bouillon de boeuf pour couvrir (6 à 8 tasses environ)
1 petit bouquet d'aneth frais, ciselé
Crème sûre
Saucisses fumées (hongroises, cervelas, etc.), optionnel

Faire revenir l'oignon et l'ail dans un peu d'huile. Ajouter les carottes, les betteraves, les patates, le laurier, le poivre et le bouillon. Couvrir et porter à ébullition. Mijoter à feu moyen à couvert, environ 15 minutes. Ajouter le chou et cuire 10 minutes de plus ou jusqu'à ce que les légumes soient tendres.

Au service, garnir avec des tranches de saucisses fumées, de l'aneth frais et une grosse cuillérée de crème sûre.

jeudi 28 décembre 2017

Gâteau betterave, gingembre et crème sûre d'Ottolenghi

Parce que oui, Ottolenghi a sorti un livre de desserts cet automne et il s'appelle Sweet. Ces recettes n'ont évidemment pas grand chose à voir avec les desserts américains. L'inspiration est plutôt européenne avec un twist moyen oriental. Bref, je ne sais pas pour vous, mais moi c'est tout pour me plaire !

Je ne pensais pas que la première recette que j'essaierais contiendrait de la betterave. Pour être honnête, j'ai déjà tenté une recette de dessert à la betterave et ça a été un flop avec un goût terreux. Cette fois-ci, j'ai décidé de faire confiance à Ottolenghi (même si j'avais quand même un doute au fond de moi...) mais comme d'habitude, je devrais savoir qu'on peut toujours se fier à Ottolenghi ! Ce gâteau est sublime. La texture est parfaite, l'extérieur est légèrement croûté et sucré et les saveurs sont bien balancées. Bon j'ai raté mon glaçage au fromage car j'ai utilisé du fromage à la crème Liberté léger et ça a donné un coulis... mais ça c'est ma faute. Pas grave, je suis sûre que ça aurait fonctionné avec du Philadelphia (mais j'en achète très rarement car je trouve que ça goûte le plastique...). Bref, ne faites pas le glaçage avec du fromage Liberté !


8-10 portions

Gâteau :

75g de noix de grenoble hachées
200g de farine tout usage
150g de sucre
2 cuillères à thé de poudre à pâte
1/4 cuillère à thé de bicarbonate de soude
1/4 cuillère à thé de sel
2 betteraves (environ 350g - donne 250g une pois pelées), pelées, râpées
Le zeste d'une grosse orange
100g de gingembre confit haché finement
2 oeufs
60g de crème sûre
1/2 tasse d'huile de canola

Glaçage :

160g de fromage à la crème Philadelphia
60g de sucre en poudre (ou plus)
80ml de crème 35% à fouetter
6 cm de gingembre râpé à la microplane

Préparer le gâteau. Rôtir d'abord les noix au four quelques minutes, jusqu'à ce qu'elles dégagent leur arôme. Réserver.

Ébouillanter le gingembre et laisser tremper quelques minutes. Égoutter.

Dans un bol, mettre la farine, le sucre, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sel. Donner un coup de fouet pour mélanger et aérer le mélange.

Au centre de la farine, déposer les noix, le zeste d'orange, la betterave et le gingembre confit. Réserver.

Dans un petit bol, fouetter les oeufs, la crème sûre et l'huile. Lorsque bien homogène, verser dans le mélange et mélanger délicatement avec une spatule jusqu'à ce que le mélange soit humecté. Verser dans un moule rond beurré de 8 pouces, égaliser la pâte et cuire au four à 350°F pendant 50 à 55 minutes, ou jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au centre ressorte sec. Laisser tiédir 30 minutes avant de démouler.

Préparer le glaçage. Placer le gingembre râpé dans un petit coton à fromage ou dans un sachet de thé vide et presser pour extraire le jus. Réserver le jus et utiliser le gingembre dans une autre recette si désiré.

Battre le fromage à la crème jusqu'à ce qu'il soit lisse. Ajouter le sucre en poudre et battre jusqu'à ce qu'il soit bien incorporé. Ajouter la crème et battre une minute de plus, jusqu'à ce que le glaçage soit épais et lisse. Incorporer le jus de gingembre.

Glacer le gâteau et servir température pièce.

dimanche 10 décembre 2017

Potage carotte, patate douce et pomme au lait de coco

En hiver, les soupes sont pour moi la meilleure façon de passer un surplus de légumes. Comme Lufa m'envoie un peu tout et n'importe quoi, je tente d'agencer ce que j'ai de la meilleure façon en adaptant différentes recettes. Cette recette est délicieuse et facile à préparer.

6-8 portions

1 grosse patate douce, pelée, en dés
1 lb de carottes, pelées, tranchées
1 patate blanche, pelée, tranchée
1 oignon, pelé, haché
1 cuillère à soupe de gingembre, pelé, haché
2 gousses d'ail, pelées, hachées
1 grosse pomme, pelée, en dés
1 cuillère à soupe d'huile
1 cuillère à thé de poudre de curry
1 cuillère à thé de curcuma
1/2 cuillère à thé de cannelle
4 tasses de bouillon de poulet
1 boîte de lait de coco (400ml)
Sel au goût

Faire revenir l'oignon dans l'huile quelques minutes. Ajouter le reste des légumes, le gingembre, l'ail et les épices. Cuire quelques minutes en brassant. Ajouter la pomme et le bouillon de poulet. Porter à ébullition puis mijoter environ 40 minutes, jusqu'à ce que les légumes soient tendres. Ajouter le lait de coco et réduire en purée lisse. Saler au goût.